Maison

Le 8 novembre 2018, jour anniversaire de la naissance d’Herculine Barbin en 1838 et Journée de Solidarité intersexe, nous voyons la lumière du jour. La raison : nous nous rendons compte que (1) il n’existe pas de groupe au sein duquel nous pouvons nous rencontrer, partager nos expériences et fournir des informations exacts, et (2) le lancement d’un site Web gouvernemental qui est principalement basé sur une approche axée sur les soins sans (jusqu’à présent) être entendu par notre communauté.

En tant que groupe, nous voulons nous donner une voix qui fournit des informations précises sur la réalité de l’être humain. De cette façon, nous voulons aider les parents d’enfants intersexués à faire les bons choix pour leur enfant. En partant de notre expérience en tant que personne intersexuée.

Trop souvent, nous nous retrouvons sur une table d’opération sans vraiment être entendus et nous sommes aux prises avec des interventions dont nous n’avons pas besoin. C’est pourquoi nous sommes ici. Pour donner une voix à ces enfants. Toutes les 5 heures en Belgique, un enfant naît avec une variation. Toutes les 5 heures, un enfant court le risque d’être « normalisé » parce qu’il n’est « pas assez bon ». Cette pratique doit cesser. Parce que nous aussi, nous avons le droit de disposer de notre corps, comme tout le monde.

C’est Quoi « intersexe »

Les personnes intersexuées naissent avec des caractéristiques de sexe physiques qui ne correspondent pas tout à fait aux normes établies par le monde médical et/ou à la conception socioculturelle dominante de l’environnement dans lequel l’enfant est né.

Chaque jour en Belgique, 5 à 6 bébés naissent avec une variation des caractéristiques de sexe. C’est environ 1 toutes les 4 heures, soit 1 sur 60 ou environ 1,7 % de notre population. Habituellement, ces variations sont inoffensives, parfois ils pourraient avoir des implications (graves) pour la santé de l’enfant, voir même mettre sa vie en danger. En tout cas, en Belgique nous sommes environ 185.000

Pourquoi sommes-nous si inconnus ? Parce que les interventions sont fréquentes. Parce que les médecins et les fournisseurs de soins de santé ont peur si quelque chose s’écarte de la norme qu’ils se sont fixée. Enfant, on finit sur une table d’opération pour se normaliser ou on reçoit des hormones pour « être comme les autres ». Même si le réflexe des médecins est bien intentionné, ue bonne parti des interventions sont purement esthétiques et n’ont aucun effet sur la qualité de vie. Les Nations Unies appellent cette pratique « mutilation génitale intersexe » et ont assimilé ces procédures à de la « torture » parce qu’il y a un impact traumatique durable sur l’enfant (et l’adulte).

Hanne Gaby Odiele, modèle et membre de notre association

Nos Ambitions

Notre communauté se compose de personnes nées avec l’une des 40 variantes qui tombent sous le terme parapluie d’intersexuation. Pour la plupart de ces variations, il n’y a pas d’autre organisation qui offre un espace sûr pour partager les expériences. De plus, en partie à cause des médecins, de nombreuses variations ne sont pas reconnues, ce qui fait que beaucoup d’entre nous ne savent même pas qu’ils sont nés intersexués et que les gens ont essayé de nous adapter aux conventions culturelles. C’est pourquoi nous nous efforçons d’informer la population et d’aider les enseignants et les professeurs à prendre conscience qu’il y a plus au soleil qu’un genre binaire (H/F).

En tant qu’Association pour Personnes Intersexuées, nous nous sommes fixé comme objectif de :

  • Défendre, protéger et invoquer activement et pleinement les droits de l’homme de toutes les personnes, jeunes et moins jeunes, qui naissent ou naîtront avec une variation intersexuelle.
  • Stimuler, stimuler et influencer, de manière informée et validée, la prise de conscience sociale et le débat autour des problèmes spécifiques auxquels les personnes intersexuées sont confrontées.

Pour y parvenir, nous travaillons selon trois axes :

  • Informer par le biais de formations, de conférences, de brochures, etc. rédigées par et pour les intersexuels et leurs parents. Nous nous concentrons principalement sur le partage de l’information à l’échelle humaine.
  • Connecter, entre autres, en mettant sur pied et en animant des groupes de discussion et en offrant une réception de première ligne pour toutes les questions concernant les variations intersexuelles et/ou l’aide dans ce domaine.
  • Nous protéger en prenant parti, si nécessaire, aux affaires juridiques dans lesquelles les droits de l’homme et/ou les droits de l’enfant sont violés. En outre, nous nous engageons à adapter la législation à tous les niveaux de manière à protéger les droits de l’enfant et de l’être humain né avec une variation intersexe de la manière la plus complète.

Contact

Wij hebben ook een Facebook Groep voor Intersekse Personen. Voel je vrij om ons daar op te zoeken. 

Heb je of hebben jullie een vraag of een opmerking, dan horen wij het graag. Vul onderstaand formulier in en wij nemen zo snel mogelijk contact op met jullie. 

De Vereniging voor Intersekse Personen is onder andere lid van:

Rare Diseases Belgium
OII Europe