Définir intersexe

Notre définition de travail

La définition que nous utilisons chez APIbel est la suivante :

Les personnes intersexuées naissent avec des caractéristiques sexuelles physiques qui ne correspondent pas tout à fait aux normes établies par le monde médical et/ou à la conception socioculturelle dominante de l’environnement dans lequel l’enfant est né.

Nous avons délibérément omis la désignation du sexe telle qu’elle est attribuée à la naissance, ni aucune référence au sexe, à l’identité de genre ou à l’orientation sexuelle. Les personnes intersexuées peuvent être homosexuels ou non, et plus cisgéniques ou non.

L’inverse d’Intersexe est Endosexe. Le préfixe « endo- » est grec pour « intérieur » et fait référence à « l’adaptation aux normes ».

Définitions internationales

Au niveau international, les définitions de l’intersexualité évoluent les unes vers les autres. Grâce notamment à l’appui des Nations Unies, le consensus tend à s’orienter vers un modèle fondé sur les droits de l’homme.

En septembre 2015, le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a publié cette fiche d’information (en anglais) qui explique ce qui est nécessaire pour assurer la pleine protection des personnes intersexuées. La définition utilisée est :

Intersex people are born with sex characteristics (including genitals, gonads and chromosome patterns) that do not fit typical binary notions of male or female bodies… Because their bodies are seen as different, intersex children and adults are often stigmatized and subjected to multiple human rights violations, including violations of their rights to health and physical integrity, to be free from torture and ill-treatment, and to equality and non- discrimination.

TRADUCTION : Les personnes intersexuées naissent avec des caractéristiques sexuelles (y compris les organes génitaux, les gonades et les chromosomes) qui ne correspondent pas à la compréhension binaire typique de ce que sont les corps des hommes ou des femmes… Parce que leurs corps sont considérés comme différents, les enfants et les adultes intersexués sont souvent stigmatisés et leurs droits humains sont souvent violés, ainsi que leur droit à la santé et l’intégrité physique, leur droit à être protégés de la torture et de la mauvaise conduite, leur droit à des droits et un traitement égal.

Une autre définition est celle utilisée par le Conseil de l’Europe en 2013 dans son exposé des motifs de la Résolution 1952 sur le droit des enfants à l’intégrité physique :

The term “intersex” refers to atypical and internal and/or external anatomical sexual characteristics, where features usually regarded as male or female may be mixed to some degree. This is a naturally occurring variation in humans and not a medical condition. It is to be distinguished from transsexuality, a phenomenon where someone has an evident sex, but feels as if he or she belongs to the other sex and is therefore ready to undergo a medical intervention altering his or her natural sex.

TRADUCTION : Le terme  » intersexe » désigne des caractéristiques sexuelles atypiques et anatomiques internes et/ou externes, dans lesquelles les caractéristiques habituellement considérées comme étant masculines ou féminines peuvent être mélangées. Cette variation est naturelle chez l’homme et n’est pas une condition médicale. Il faut la distinguer de la transsexualité, un phénomène où une personne a un sexe clair, mais sent qu’elle appartient au sexe opposé et qu’elle est prête à subir une intervention médicale pour changer son sexe de naissance.

Définitions belges

En tant que gouvernements, ni la Belgique ni la Flandre n’utilisent actuellement de définitions explicites de l’intersexualité. En Belgique, il n’existe actuellement aucune protection explicite des droits de l’enfant (et de l’adulte) lorsqu’il s’agit d’être né et de vivre avec une condition intersexe. Trop souvent, le monde médical intervient, ce qui entraîne des expériences traumatisantes par la suite.

Dans notre région, les gens ont souvent recours au « DSD » (voir ci-dessous), peut-être en combinaison avec l' »intersexualité ». Le monde médical de notre région utilise donc aujourd’hui : « Intersexe/DSD ».

Définitions médicales

En 2006, lors d’une réunion médicale à Chicago, le nom « Disorders of Sex Development » a été utilisé pour remplacer le mot « intersex » dans la littérature médicale. Le rapport de la réunion peut être consulté ici : « Résumé de la déclaration de consensus sur les troubles intersexuels et leur prise en charge (en Anglais) ». La définition utilisée est la suivante :

« disorders of sex development” (DSD) is proposed to indicate congenital conditions with atypical development of chromosomal, gonadal, or anatomic sex.

TRADUCTION : Les  » troubles du développement sexuel  » (TED/DSD) sont proposés pour indiquer les affections congénitales avec développement atypique du sexe chromosomique, gonadique ou anatomique.

Ce nouveau concept (DSD) a été créé par la communauté médicale pour confirmer son autorité dans le contexte de l’activisme intersexuel pour les droits humains.

Le concept de « DSD » est fortement combattu par notre communauté intersexe parce qu’il pathologise les variations intersexuelles. Cela signifie que la porte est ouverte pour des interventions médicales, sans tenir compte de la personne intersexuée elle-même.

Depuis 2013, nous avons vu de plus en plus d’articles dans le monde médical et scientifique utilisant des termes tels que : « intersex », « traits intersexuels », « développement sexuel diversifié », et « développement sexuel diversifié, également appelé intersexuel (DSDI) ».

Le Centre de ressources génomiques de l’Organisation mondiale de la santé utilise la définition suivante :

Intersex is defined as a congenital anomaly of the reproductive and sexual system.

TRADUCTION : L’intersexualité est définie comme une anomalie congénitale du système reproducteur et sexuel.

En 2014, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié un document intitulé « Eliminating forced, coercive and otherwise involuntary sterilization », en consultation avec le HCDH, ONU Femmes, ONUSIDA, PNUD, UNFPA et UNICEF qui le déclarent :  » Intersex persons …[are] born with atypical sex characteristics.  » (Traduction : personnes intersexuées nées avec des caractéristiques sexuelles atypiques)

Le rapport formule une série de recommandations visant à modifier la pratique clinique contemporaine afin d’améliorer la santé, de protéger les droits de l’homme et d’assurer la réparation.