Déclaration de Malte

Entre le 29 novembre et le 1 décembre 2013, le troisième Forum International Intersexe, soutenu par ILGA et ILGA-Europe, a eu lieu à La Valette, Malte. Cet événement a rassemblé 34 militants représentant 30 organisations intersexes de tous les continents.

La Déclaration de Malte reflète le changement que nous, personnes intersexuées, voulons voir.

Préambule :

Nous affirmons que les personnes intersexuées sont réelles et que nous existons dans toutes les régions et tous les pays du monde. C’est pourquoi les personnes intersexuées doivent être soutenues pour être le moteur des changements sociaux, politiques et législatifs qui les touchent.

Nous réaffirmons les principes des premier et deuxième forums internationaux sur l’intersexualité et étendons les exigences visant à mettre fin à la discrimination à l’égard des personnes intersexuées et à garantir le droit à l’intégrité physique, l’autonomie physique et l’autodétermination.

Exigences :

  • L’arrêt des pratiques de mutilation et de  » normalisation  » telles que la chirurgie génitale, les traitements psychologiques et autres traitements médicaux par le biais de la législation et d’autres moyens. Les personnes intersexuées doivent être habilitées à prendre leurs propres décisions qui affectent leur intégrité physique, leur autonomie physique et leur autodétermination.
  • Cessation du diagnostic génétique préimplantatoire, dépistage et traitement prénatal et avortement sélectif des fœtus intersexués.
  • Fin de l’infanticide et meurtre de personnes intersexuées.
  • Fin de la stérilisation non consensuelle des personnes intersexuées.
  • Dépathologisation des variations des caractéristiques de sexe dans les directives, protocoles et classifications médicales, comme la Classification Internationale des Maladies (CIM) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  • L’enregistrement des enfants intersexués en tant que femmes ou hommes, en sachant qu’en grandissant, ils peuvent, comme tout le monde, s’identifier à un sexe ou à un genre différent.
  • Veiller à ce que le sexe ou la classification par sexe puisse être modifié à la demande des personnes concernées par une simple procédure administrative. Tous les adultes et les mineurs compétents devraient pouvoir choisir entre des femmes (V), des hommes (M), des options non binaires ou multiples. À l’avenir, le sexe ou le genre, ainsi que la race ou la religion, ne devraient plus être une catégorie sur les certificats de naissance ou les documents d’identité.
  • Promouvoir la sensibilisation aux questions d’intersexualité et aux droits des personnes intersexuées dans la société en général.
  • Créer et faciliter des environnements de soutien, sécuritaires et festifs pour les personnes intersexuées, leurs familles et leur environnement.
  • Veiller à ce que les personnes intersexuées aient le droit de compléter l’information et d’avoir accès à leurs propres dossiers et antécédents médicaux.
  • Veiller à ce que tous les professionnels et les soignants qui jouent un rôle spécifique dans le bien-être des personnes intersexuées soient suffisamment formés pour fournir des services de qualité.
  • Reconnaître comme il convient les souffrances et les injustices subies par les personnes intersexuées dans le passé et leur assurer réparation, réparation, indemnisation, accès à la justice et droit à la vérité.
  • Élaborer une législation antidiscrimination intersexe pour compléter d’autres motifs et assurer une protection contre la discrimination intersectionnelle.
  • Veiller à ce que tous les droits humains et civils des personnes intersexuées soient garantis, y compris le droit de se marier et de fonder une famille.
  • Veiller à ce que les personnes intersexuées puissent participer à des compétitions sportives à tous les niveaux, en fonction de leur sexe légal. Les athlètes intersexués qui ont été humiliés ou privés de leur titre doivent être indemnisés et réintégrés.
  • Reconnaissance du fait que la médicalisation et la stigmatisation des personnes intersexuées entraînent des traumatismes graves et des problèmes de santé mentale.
  • Afin d’assurer l’intégrité physique et le bien-être des personnes intersexuées, une aide psychosociale indépendante et non pathologique et un soutien par les pairs (si nécessaire) devraient être disponibles tout au long de leur vie, y compris pour les parents et/ou les prestataires de soins.

Compte tenu de ce qui précède, le Forum invite la Commission :

  1. Les institutions internationales, régionales et nationales des droits de l’homme à prendre en compte les questions intersexes dans leur travail et à les rendre visibles.
  2. Les gouvernements nationaux à répondre aux préoccupations exprimées par le Forum intersexuel et à trouver des solutions appropriées en coopération directe avec les représentants et les organisations des personnes intersexuées.
  3. Les agences et les sources médiatiques pour garantir le droit à la vie privée, à la dignité, à une représentation correcte et éthique des personnes intersexuées.
  4. Les bailleurs de fonds doivent s’engager et soutenir les organisations des personnes intersexuées dans la lutte pour la visibilité, le renforcement des capacités, le renforcement des connaissances et l’affirmation de leurs droits humains.
  5. Les organisations de défense des droits de l’homme à contribuer à l’établissement de liens avec les organisations des personnes intersexuées.